fbpx
06 14 71 13 61

Les signes de reconnaissance au travail

Les signes de reconnaissance au travail

C’est en se basant sur la théorie de l’hospitalisme de René Spitz, qu’Eric Berne, fondateur de l’Analyse Transactionnelle, a pensé le principe des « Strokes », traduit en Français par « Signes de Reconnaissance ».

Chacun d’entre nous, pour survivre, a besoin de signes de reconnaissance de la part de l’autre.

Pourquoi est-ce important ?

C’est quoi un signe de reconnaissance ?

Un signe de reconnaissance est une information reçue de l’extérieur qui va venir valider notre existence. Un geste, un mot, un comportement, etc.
Tous ces signes extérieurs que nous recevons depuis notre naissance (et même avant), qu’ils soient positifs ou négatifs, viennent forger notre identité et notre estime de nous-même. C’est un message que j’envoie à mon interlocuteur pour lui signifier qu’il existe à mes yeux.

En Analyse Transactionnelle, nous en distinguons 4 types :

  • Conditionnel – Lié à un évènement, donc lié à « ce que je fais » 
  • Inconditionnel – Lié à une généralité, donc lié à « qui je suis »
  • Positif
  • Négatif

Vous rappelez-vous de la dernière fois où vous vous êtes senti.e reconnu.e (au travail ou ailleurs) ? Que vous avez senti, à travers une phrase ou un geste, que votre interlocuteur vous estimait, que vous aviez de l’importance à ses yeux ?
Et est-ce que vous vous rappelez le sentiment et l’énergie qui vous ont envahi.e ? Et bien voilà, c’est pour ce « shoot » positif qu’il est important de recevoir, et donc de donner, des signes de reconnaissance au travail [Au travail, et ailleurs !]

Nous ne sommes pas tous égaux dans la manière de donner et de recevoir des signes de reconnaissance, cela va dépendre de notre histoire personnelle, de notre éducation […]

Signe de reconnaissance positif

Qu’ils soient conditionnels ou inconditionnels, les signes de reconnaissance positifs sont importants pour l’estime de soi. Ils sont source d’épanouissement et de confiance en soi et dans les autres.

Ils permettent d’entretenir une relation de confiance, par exemple entre un manager et ses équipes, mais également au sein de l’équipe elle-même. La confiance dans la relation va créer et entretenir la motivation et l’engagement des collaborateurs et ainsi améliorer la productivité.

La confiance dans la relation va créer et entretenir la motivation et l’engagement des collaborateurs, et ainsi améliorer la productivité.

Signe de reconnaissance négatif

Nous sommes avant tout des êtres dotés d’émotions, nous avons tous un petit cœur qui bat sous notre carapace ! Alors je vous avoue que les signes de reconnaissance négatif conditionnels, ne font pas plaisir à entendre, ni même à prononcer parfois. Malgré ça, ils sont bel et bien présents dans notre quotidien [Comme diraient certains, « nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours » !].

Lorsqu’ils sont dits de façon constructive, ils vont nous permettre de nous améliorer, de nous adapter à des exigences, de nous développer.

Les signes de reconnaissance négatifs conditionnels dits de façon constructive, vont nous permettre de nous améliorer, de nous adapter à des exigences, de nous développer.

Signes de reconnaissance négatifs conditionnels et constructifs

Pour que les signes de reconnaissances négatifs soient conditionnels et constructifs, nous devons prêter une attention particulière à la formulation :

  • S’appuyer sur des faits précis, ne pas faire de généralité,
  • Éviter d’utiliser des mots tels que : nul, rien, toujours, comme d’habitude, jamais, …
  • Expliquer pourquoi le rendu/la situation ne nous convient pas et préciser ce que nous attendons pour les prochaines fois. Une incompréhension/erreur peut arriver, l’important pour les futures coopérations c’est de travailler ensemble et de définir clairement ce qui est attendu pour une issue favorable.

Nous ne sommes pas tous identiques, nous ne travaillons pas tous de la même façon et nous n’avons pas tous la même vision des choses. Grâce à ces signes de reconnaissance, même négatifs, nous allons créer du lien avec nos collaborateurs, grandir ensemble, entretenir la confiance.

Grâce à ces signes de reconnaissance, même négatifs, nous allons créer du lien avec nos collaborateurs, grandir ensemble et entretenir la confiance.

Sachez que nous sommes tout à fait en droit de refuser un signe de reconnaissance négatif si nous ne sommes pas en accord avec ce qui est énoncé.

icone warning Les signes de reconnaissance inconditionnels négatifs
Les signes de reconnaissance inconditionnels négatifs sont à proscrire. Ils visent la personne dans son intégralité, le « qui je suis ». Il est donc important de ne pas en communiquer aux autres et d’apprendre à les refuser lorsqu’ils nous sont adressés.

Les signes de reconnaissance positifs mais aussi négatifs sont donc indispensables pour assurer confiance, collaboration, motivation et productivité au sein de l’équipe.

Comment les exprimer ?

Les leviers de la reconnaissance au travail

Il existe plusieurs façons d’exprimer de la reconnaissance au travail, mais souvent la première chose qui vient à l’esprit est la partie financière. Une revalorisation de salaire, une prime, avantages divers, …
Effectivement, la compensation financière est l’une des principales utilisées. Mais toutes les entreprises ne peuvent pas se permettre d’augmenter leurs salariés à hauteur de leurs espérances.

Il existe des choses toutes simples, entièrement gratuites et accessibles à tous, qui permettent de montrer de la reconnaissance.

Reconnaissance verbale ou écrite (mail)

  • Être poli.e et courtois.e : Ne serait-ce qu’un « Bonjour », « s’il te plaît » ou encore un « merci » c’est un bon début. Non ! Ce n’est pas un début mais un IN-DIS-PEN-SABLE ! Je vous assure que dans certaines organisations, les collaborateurs ne sont pas salués par leur manager ou par les membres de leur équipe … [Rien que d’y penser je sens la colère monter en moi ! Comment voulez-vous être bien dans votre job, intégré, impliqué, quand vos collègues et manager ne vous disent même pas bonjour, s’il te plaît, ni merci… ]
  • Encourager : N’attendez pas une baisse de moral ou une période difficile pour encourager vos collaborateurs. Vous commencez un nouveau projet, ou simplement parce que cela fait longtemps, n’hésitez pas à les encourager pour les remobiliser, les motiver. S’intéresser à la personne, ses réussites, ses difficultés, proposer/trouver ensemble des solutions, …
  • Féliciter et Remercier : Un Travail bien fait, un dossier rendu à temps, voire même en avance. Vous pouvez aussi souligner l’implication de votre collaborateur sur un projet. Un « Merci pour ton aide sur ce point », « Je suis impressionné.e par ton dossier », … ça fait toujours plaisir à entendre.

Reconnaissance par des actes/actions

Quand la confiance mutuelle grandie, vous allez pouvoir accompagner les mots par des actes qui vont venir appuyer vos propos précédents, les compléter par des actions concrètes.

  • Déléguer certaines tâches [J’ai bien dit déléguer hein, pas se décharger sur son collaborateur]
  • Confier de nouvelles tâches, missions, projets, …
  • Donner plus d’autonomie, de responsabilités,
  • Prévoir une évolution professionnelle, un changement de poste, ….

Personnellement, je mettrai la reconnaissance financière après les paroles et les actes. La suite logique des choses, pour sceller le tout.

icone info Tout le monde participe !
Les signes de reconnaissance ne sont pas exclusivement réservés au manager envers son équipe, ils peuvent également être échangés au sein de l’équipe, entre les collaborateurs, mais aussi de l’équipe envers le/la manager.

Les leviers de la reconnaissance au travail

Où ? Quand ? Comment ?

C’est bon jusqu’ici j’ai tout suivi, je suis prêt.e à donner pleins de signes de reconnaissance ! Mais par où commencer !?

Et bien je n’ai pas de réponse toute faite à vous donner ! Ça va dépendre de vous, de la situation. Un signe de reconnaissance doit être spontané, il va venir en réponse à un évènement. L’important c’est d’oser dire à haute voix ce que vous pensez.

Je vous propose quelques points importants :

Dire Je

Vous exprimez votre pensée, votre ressenti, il est donc important d’utiliser le « Je ». « Je pense que … », « je trouve que … », « Je te remercie pour … »

icone warning Utilisation du « On »
Utiliser « on » exprime une généralité, c’est un peu tout le monde et personne à la fois.
Votre parole sera plus impactante pour exprimer un signe de reconnaissance positif avec le « Je ».

De la même manière, lorsque vous allez donner un signe de reconnaissance négatif conditionnel, le fait d’employer le « Je » signifie bien que c’est votre avis personnel, et non une généralité (qui pourrait-être pris comme un jugement).

Être sincère, authentique

Ne pas se forcer à dire des choses que l’on ne pense pas simplement pour « donner des signes de reconnaissance et améliorer la motivation de la personne » Non !!
Lorsqu’une personne est sincère, ça se sent et donc forcément lorsqu’elle ne l’est pas, ça se sent aussi. Et vous allez produire l’effet inverse ! La personne peut se sentir trahie, manipulée et démotivée. Et vous, vous pouvez perdre en crédibilité

Que ce soit gratuit

C’est à dire que vous n’attendiez rien en retour de la personne.

Rester simple, ne pas en faire trop

Pas besoin d’en faire des tonnes ! Un petit mot [sincère ! ] de temps en temps suffira. Appuyez-vous sur un fait marquant, un dossier, un projet, une situation, etc.  
Un excès de compliments peut sembler étrange et être pris comme de la non-sincérité « Mais qu’est-ce qu’il/elle me veut encore … ? », « Qu’est-ce qu’il/elle va encore me demander ? », « Qu’est-ce qui lui prend ? »

Personnalisé et ciblé

Pour qu’un signe de reconnaissance ait tout son impact, il doit être personnalisé et ciblé.
Que ce soit positif ou négatif, vous pouvez vous adresser à votre interlocuteur en privé, de manière à ne pas l’embarrasser.

Cela ne vous empêche pas de souligner/féliciter le travail d’équipe, en vous adressant à plusieurs personnes.

Reconnaissance au travail - Olerys

icone ampoule Donner, c’est aussi donner à soi-même
N’oubliez pas de vous donner des signes de reconnaissance à vous-même, qu’ils soient positifs ou bien négatifs conditionnels. Reconnaître son travail bien fait, le chemin parcouru, identifier ses points forts, mais aussi ses points de vigilance et d’amélioration.
Le but est de développer l’estime de soi, la confiance en soi, mais aussi d’évoluer.

Comment les recevoir ?

Maintenant que nous avons fait le tour pour donner des signes de reconnaissance, occupons-nous de les recevoir.

Nous ne sommes pas tous égaux dans la manière de recevoir des signes de reconnaissance, en fonction de notre histoire personnelle, notre éducation, nous allons être plus ou moins à l’aise. Certains peuvent par exemple douter de la sincérité ou de l’intention de la personne.

Plus nous entretenons une relation de confiance avec la personne en face, moins nous allons douter de sa sincérité.

C’est pourquoi, dans une équipe [et c’est la même chose dans la vie perso], il est important d’être sincère les uns avec les autres.

Pour booster l’estime de soi, il est important de recevoir des signes de reconnaissance : Accepter les positifs, filtrer les négatifs conditionnels et refuser les négatifs inconditionnels.

Accepter les positifs

Comme je le disais précédemment, un signe de reconnaissance doit être gratuit, c’est à dire que la personne n’attend rien en retour. Ne vous sentez donc pas obligé.e de trouver quelque chose à lui répondre.

Accepter un signe de reconnaissance positif

Que vous y croyez pleinement ou non, vous pouvez simplement remercier la personne, par exemple « Merci, ton retour me fait plaisir.»
En cas de difficulté à accepter les paroles positives à votre sujet, essayez de faire taire la petite voix intérieure qui peut s’exprimer négativement.

Filtrer les négatifs conditionnels

Dans notre quotidien, nous faisons face à des signes de reconnaissance négatifs, le tout c’est qu’ils soient conditionnels et constructifs. C’est à dire qu’ils ont pour but de faire progresser, d’améliorer une situation.

S’il n’est pas constructif, vous pouvez interroger la personne sur ses motivations. Revenez en aux faits, ce qui était attendu, établissez une stratégie pour le futur afin de trouver une issue favorable. 

Si grâce vos interrogations vous arrivez à rendre le retour constructif, vous pourrez alors le prendre en compte.

Par contre, si la personne n’est pas réceptive, ne répond pas à vos interrogations, ne souhaite pas s’expliquer ni trouver une solution, vous pouvez alors refuser ses propos, car ses arguments ne sont pas fondés.

Comment les refuser ?

Vous êtes en droit de refuser les signes de reconnaissance négatifs avec lesquels vous n’êtes pas en accord.

Protégez-vous ! Ne vous laissez pas dévaloriser par une personne extérieure qui n’est pas constructive dans ses propos. Ne la laissez pas avoir de l’impact sur vous, ne lui donnez pas de crédit.

Vous êtes en droit de lui répondre : « C’est ton avis, merci de m’en avoir fait part, mais je ne le partage pas ». [J’aime beaucoup cette phrase. Elle permet de ramener les participants dans l’État du Moi Adulte [Cf. Les États du Moi en Analyse Transactionnelle]. Elle montre bien que chacun à le droit d’exister, d’avoir un avis, même différent, et que c’est OK.]

Ne vous épuisez pas à débattre ou à contre argumenter si vous voyez que votre interlocuteur ne souhaite pas avoir une conversation constructive. Cela ne mènera pas à grand chose.
Gardez à l’esprit qu’une personne qui use et abuse des signes de reconnaissance négatifs peut simplement parler d’elle-même, de ses propres peurs et non pas de ce que vous faites, ni de ce que vous êtes.

Et maintenant, à vous de jouer !

Vous voilà maintenant fins prêts à donner, recevoir et refuser des signes de reconnaissance.

Comme toute phase de changement et de développement, il n’est parfois pas naturel de mettre en place de nouvelles pratiques. Nos habitudes, automatismes ou encore croyances sont présents et peuvent limiter, voire bloquer notre ascension.
En tant que Coach professionnel et Formatrice, je peux vous accompagner lors la mise en place de nouvelles pratiques, débloquer vos peurs et dépasser vos croyances limitantes. Une ascension plus sereine, en sécurité pour atteindre votre objectif.

Pour en savoir plus sur mes prestations, rendez-vous ici : Mes prestations.

Vous hésitez encore à commencer un accompagnement ? Avez-vous lu mon article sur “Comment choisir son coach ?“.
Suis-je la bonne personne pour vous accompagner ? Sachez que je propose également un RDV Découverte de 30min gratuit pour que l’on puisse échanger sur vous, sur moi, sur votre problématique, et toutes les questions que vous pouvez-vous poser.


Ancienne manager dans l’aéronautique et secrétaire CSE, j’accompagne aujourd’hui les entreprises et les particuliers dans l’amélioration de leur quotidien professionnel afin d’allier bien-être et performance.

Camille Gallard
Créatrice d’Happy Workers

Coach professionnel – Formatrice Management & QVT

Me contacter